Comment Honorer Bouddha

Comment Honorer Bouddha ?

Le rituel est un élément essentiel – sinon primordial – de toutes les traditions bouddhistes. C’est un sujet qui met mal à l’aise de nombreux bouddhistes occidentaux, qui perçoivent le rituel comme une forme de religiosité en quelque sorte « indigne »… Le bouddhisme, en revanche, enseigne que notre vision du monde est largement déterminée par notre attitude mentale à son égard, et le rituel, en modifiant – au moins momentanément – ce point de vue, a également un rôle de « purification » de l’esprit.

Il n’y a rien de mystique là-dedans ! Il s’agit de cultiver, grâce aux routines, une attitude mentale nouvelle et différente qui peut conduire à une modification de notre esprit par l’habitude.

Fondamentalement, le geste physique n’est pas significatif. Cultiver et développer le respect dans la vénération et l’hommage, l’humilité dans l’inclinaison et la prosternation, le don dans l’offrande, l’attention bienveillante dans le soin matériel d’un autel, d’une statue ou d’un livre… C’est toujours l’état d’esprit et l’intention qui priment dans le bouddhisme.

Quelles que soient les distinctions formelles qui peuvent exister entre les différentes écoles et courants bouddhistes, ils ont tous des éléments en commun. Nous allons examiner certaines des idées les plus essentielles à travers les leçons d’un maître bouddhiste vietnamien contemporain.

La culture vietnamienne possède ses propres caractéristiques, du fait qu’elle est apparue au confluent de trois zones différentes : l’Extrême-Orient, l’Asie mousson et le bouddhisme Inde-Chine. 

Significations des Rites Bouddhiques

Thich Huyen-Vi

Les bouddhas ne doivent pas être comparés aux divinités des autres religions en termes de culte. Depuis des temps immémoriaux, les communautés et les individus ont reconnu les grandes personnes et les héros qui ont amélioré la situation de leurs concitoyens ou de l’ensemble de la race humaine grâce à leurs efforts ou à leur intelligence.

Ce comportement, qu’il soit spontané ou planifié, est l’expression d’une gratitude, d’un profond sentiment d’admiration pour l’exemple donné aux générations futures et d’un désir intime de suivre leurs traces.

Le culte des bouddhas n’a pas d’autre but. Il n’est pas de nature mystique, mais plutôt l’expression d’une foi religieuse considérablement plus profonde et durable dans le cœur de ses adeptes.

Honorer Bouddha

Comment pratiquer la vénération

Les Bouddhas sont dignes de vénération

Lorsque nous faisons référence au Bouddha, nous pensons immédiatement à Shakyamuni, notre maître le plus courant et le plus populaire. Cependant, tous les éminents éveillés méritent le respect en tant que groupe.

Ce sont tous des êtres extraordinaires qui, grâce à leur patience et aux bonnes qualités accumulées au cours de nombreuses existences, ont atteint la perfection complète et qui, une fois qu’ils ont « traversé l’autre rive », veulent aider tous les êtres vivants des six royaumes à sortir du samsara et à jouir de la sérénité et du plaisir éternel.

Ils ont sans aucun doute été témoins et continuent à éprouver de graves difficultés en raison des créatures qu’ils visent à sauver – du paradis à l’enfer, et partout entre les deux – mais ils ne perdront jamais espoir, ne tiendront jamais leur parole et ne poursuivront pas ce projet jusqu’à son terme.

Chaque Bouddha, considéré isolément, représente la synthèse des trois grandes qualités que sont la Compassion universelle, la Spiritualité suprême et le Courage moral. Ce n’est pas en raison de leur aide surnaturelle dans le domaine des humains, telle que celle offerte par les divinités dans certaines religions, que nous adressons aux bouddhas nos prières les plus courtoises et les plus constantes.

A lire aussi : est-ce qu’une statue de bouddha porte malheur ?

Comment les vénérer

Comme il a déjà été dit, l’adoration n’est pas le culte, et encore moins l’idolâtrie des Bouddhas. Nous ne pouvons compter sur aucune aide de leur part, ni sur une intervention miraculeuse ou salvatrice. Nous utilisons leurs exemples, leurs noms et leurs images pour renforcer notre détermination à supprimer toutes les sources de souffrance dans cette vie et à atteindre l’illumination après la mort. Toute tentative d’obtenir des avantages matériels sur la base de motifs plus bas serait inefficace et méprisante pour leurs enseignements.

Quels Bouddhas devons-nous vénérer ?

Les bouddhas sont des représentations de la lumière incommensurable et de la permanence infinie, et en glorifier un, c’est les exalter tous. Mais, selon le degré d’instruction que nous avons reçu et la méthode que nous avons choisie sur la voie bouddhique, nous devons d’abord nous adresser au Bouddha Shakyamuni avant tout autre. C’est pourquoi presque tous les bouddhistes du monde entier considèrent le Bouddha Shakyamuni comme leur chef à cette époque.

Ceux qui souhaitent vénérer tous les bouddhas des trois existences, y compris Shakyamuni, Amitabha et Maitreya, doivent le faire.

Dispositions d’ordre matériel

Il est suggéré de ne pas exposer plus de trois statues ou images de bouddhas sur un autel pour les particuliers. Les statues, comme les images, doivent toutes être de taille égale, présentées dans le même cadre et accrochées ou debout sur le mur à la même hauteur. L’autel doit occuper la position centrale dans la pièce principale de votre maison. Si votre maison comporte un ou plusieurs étages, placez-le si possible au niveau le plus élevé. L’autel des ancêtres doit être placé uniquement à côté de l’autel de Bouddha et abaissé de quelques centimètres en dessous.

Il convient de placer des vases de fleurs, un brûle-parfum ou un bol avec des bâtonnets d’encens sur l’autel, ainsi qu’une lampe et des coupes de fruits. Toutes les autres décorations doivent être évitées. Le nettoyage et le polissage quotidiens des objets de culte sont requis.

Pendant la cérémonie, le maître ou la maîtresse de maison doit suivre un régime végétarien et observer les cinq préceptes des jours précédents. L’événement se déroulera devant la famille et les amis qui ont été invités à participer à la lecture commune des sutras. À partir de ce jour, en passant devant l’autel, tous les membres de la famille doivent prier pour leur propre amélioration morale, notamment en pensant à des idées comme l’amour universel, la compassion et l’égalité parfaite entre les êtres.

Si les statues ou les images de bouddhas sont endommagées après de nombreuses années, elles peuvent être remplacées en les transférant dans une pagode ou un monastère normal. Elles ne doivent jamais être conservées dans des pièces de stockage sans surveillance.

prier bouddha

La prosternation devant l’autel

Signification de l’acte de prosternation

Lorsque Sri Krishna se rendait dans un nouveau pays, le roi et les autres hauts fonctionnaires de la cour venaient à sa rencontre, s’agenouillaient devant lui et posaient tour à tour leur front sur ses pieds. Cette expression de respect et d’admiration pour le chef de l’humanité était entrecoupée d’excitation et de fierté de le recevoir dans le domaine du royaume.

Les disciples du Parfait, ainsi que ses adeptes, ont continué jusqu’à ce jour à effectuer l’acte de prosternation avec le front sur le sol, comme s’ils étaient encore devant le Bouddha revenu sur terre.

Comment pratiquer la prosternation ?

S’agenouiller avec les deux mains sur le sol, les paumes ouvertes vers le ciel, comme si nous soutenions les pieds du Parfait, puis poser lentement notre front sur nos paumes ouvertes en concentrant nos pensées sur Sa forme sont tous des éléments essentiels pour exprimer la dévotion et la confiance envers Bhagavat.

Nous devons d’abord purifier notre cœur de toute pensée impure, en particulier la luxure ou l’animosité, puis nous nettoyer méticuleusement, changer de vêtements et revêtir le vêtement de cérémonie approprié avant de nous prosterner. Nous nous approcherons progressivement de l’autel, allumerons un bâton d’encens, resterons debout pendant une minute, les mains jointes devant nous, la tête droite, les yeux fixés sur l’image de Bouddha, et invoquerons dans notre esprit sa bonté illimitée en nous engageant à suivre résolument le chemin qu’il nous a montré.

Lire aussi :  La vie et les traditions du Bouddha Gautama

Puis, après cela, nous placerons le bâton d’encens dans le bol, nous sonnerons une cloche et nous nous prosternerons trois fois devant l’autel. Cette prosternation est définie à la fois par la gravité et la joie. Elle est considérée comme le seul type de prosternation méritoire, par opposition aux deux autres formes de prosternation impliquant la modestie et la sincérité (prosternation formaliste) ou un désir non exprimé d’attirer l’attention des Bouddhas en raison d’entreprises irréprochables.

Prosternation et sincérité de coeur

Ce n’est que si notre comportement moral répond à l’acte de prosternation que la prosternation a une signification. Du point de vue de la psychosomatique, la prosternation est liée à quatre dispositions mentales qui président à la perfection du rite :

  • Un cœur pur. L’adepte agenouillé devant l’autel doit croire qu’il s’est complètement retiré du monde qui l’entoure et qu’il est entré dans la Sérénité et la Félicité avec les Bouddhas.
  • Posséder les enseignements du Dharma dans leur forme la plus pure. L’adepte vit dans un monde de Réalité permanente, qui est l’opposé polaire du monde des formes et des noms (nama-rupa) qui l’enveloppe.
  • La réalisation de soi de la fausse identité. L’adepte reconnaît son vrai « moi » avec le Bouddha en devenir qui habite au cœur de son cœur. Il voit à travers les murs épais de ses tendances et de ses désirs, révélant une petite lumière qui est présente dans chaque être vivant en parfait équilibre du monde à l’enfer.
  • La dernière étape est la perfection, dans laquelle l’adepte perd complètement sa notion dualiste de lui-même et du monde extérieur. L’adepte finit par comprendre qu’il peut être aussi grand que les bouddhas qu’il adore, que tout est vacuité et que sunyata (la vacuité) est l’entité unique et éternelle à l’œuvre dans tout cela.

Seuls ceux qui ont déjà atteint un haut degré de connaissance des enseignements bouddhistes peuvent utiliser ces quatre états mentaux.

L’offrande

Le troisième rite, qui est la manifestation de la profonde dévotion de l’adepte à la doctrine et du désir de contribuer par des moyens matériels à son progrès, est connu sous le nom de  » méritocratie « 

Signification des offrandes

« Pourquoi le Parfait, qui a déjà atteint le nirvana, accorderait-il de la considération aux dons matériels des êtres humains ? » Cette question pourrait être suggérée à tort par une personne ignorante.

La réponse est positive : les disciples du Bouddha doivent constamment garder son image à l’esprit. Ils se souviennent de l’époque où le Seigneur Bhagavat et ses disciples parcouraient l’Inde, collectant de la nourriture auprès de personnes de tous rangs. Les cadeaux qu’ils offrent maintenant sur l’autel sont donc un rappel pour renforcer le lien entre le maître le plus vénéré de la génération actuelle et les générations futures.

Le choix des offrandes

La première ligne directrice est qu’aucune idée coûteuse ou ostentatoire ne doit être incluse dans l’exécution de cette cérémonie. Tout doit être fait simplement et naturellement avec un désir sincère. Il est préférable de ne rien servir d’autre que de l’encens, des fleurs, des fruits, de la lumière, un bol d’eau claire et, en de rares occasions, du riz préparé dans l’eau sans aucun accompagnement.

offrandes bouddha

Les offrandes spirituelles

Ce sont nos pensées qui comptent le plus ; elles s’élèvent comme des volutes de fumée d’encens pour atteindre les trônes des Parfaits. C’est pourquoi on les appelle « les étonnants encens du cœur » Ils existent en cinq variétés :

  • L’encens le plus pur. Il est dirigé vers le corps physique de la loi du Bouddha (Dharmakaya). Il représente l’essence même du zèle et de la dévotion à la loi.
  • L’encens de la concentration mentale. Il est dirigé vers l’ego de notre vraie nature, dans le but d’éliminer complètement les filets d’idées fausses qui l’encerclent.
  • Il purifie nos émotions, notre corps et notre esprit. Dans le grand temple bouddhiste de Koyasan au Japon, j’ai brûlé de l’encens pour remercier le destin favorable qui s’est manifesté après mon séjour à Kasugaoka. L’encens de l’intellect parfait. Il s’adresse à la partie de la nature de Bouddha (bodhicitta) qui reste cachée dans notre cœur avec le désir impérieux de la révéler afin que nous puissions suivre le chemin de notre liberté.
  • L’encens de la liberté totale. Lorsque nous comprenons le chemin dans cette lumière, nous avons la pure conviction que nous ne représentons rien et que notre corps physique n’est qu’un mélange des quatre éléments primaires (terre, eau, feu, air) et que notre ego n’est qu’une infime partie du cosmos.
  • Rejeter les accumulations de l’intellect. Tout ce que nous considérons comme une connaissance n’est, en réalité, rien de plus qu’une collection superficielle des accumulations de notre intellect, qui sont sans valeur face à la vérité ultime.

La quatrième étape de notre disposition d’esprit doit nous permettre d’atteindre le but ultime, qui est l' »insubstantialité » même du Dharma, ainsi que notre propre existence. Il s’agit, en fait, d’un état fugace de plaisir intense qui nous permet de connaître à l’avance le véritable Nirvana.

Les offrandes au Dharma

Le Tripitaka, également connu sous le nom de canon bouddhique, est un recueil de textes issus des enseignements du Bouddha qui a été conservé et développé pendant des milliers d’années. Il contient environ 200 000 pages dans 56 langues différentes. L’objectif de cet essai sera d’expliquer certaines caractéristiques communes à tous les recueils canoniques bouddhistes. Elles comprennent l’étude des sutras, les règles de discipline et les commentaires des sages bouddhistes. Pour ceux qui en ont la possibilité, elles impliquent la recherche, la traduction et la compilation de tous les textes bouddhiques en langues étrangères afin d’établir un véritable Tripitaka dans notre langue nationale. Enfin, nous pouvons également contribuer à la publication et à la diffusion de tous les écrits sur le bouddhisme par nos propres efforts.

Les offrandes au Sangha

À tous les membres de la Sangha, sans distinction de nationalité, d’école ou de discipline, nous devons offrir un accueil chaleureux et reconnaissant et veiller à leur bien-être en prenant soin de toutes les questions relatives à ce monde qui les intéressent.

Conclusion sur comment honorer Bouddha

L’accomplissement quotidien des rites d’adoration de Bouddha, de prosternation et d’offrandes aux Trois Joyaux nous procure des bénéfices spirituels immédiats ainsi que des bénéfices moraux pour nous-mêmes et notre famille.

  • Notre maison pour tous, des plus âgés aux plus jeunes, est maintenue dans un état de tranquillité, de béatitude intérieure et d’optimisme par nos cérémonies.
  • Ils font en sorte que nous soyons calmes et nonchalants lorsque le jour de notre mort arrive, car nous savons déjà que nous découvrirons aussitôt le pays de la félicité ultime avec tous ses bouddhas et bodhisattvas.

Il convient de noter que seuls le zèle ardent et les bonnes intentions comptent pour quelque chose dans l’accomplissement de ces cérémonies. Nous devons être certains que :

  • Les bouddhas sont des êtres idéaux qui incarnent une sagesse et une empathie surhumaines absolues, et leur vie et leurs enseignements doivent faire l’objet d’une réflexion permanente.
  • Selon les écoles Mahayana et Hinayana, cependant, cette vie est un terrain d’essai pour nos âmes avant que nous puissions atteindre le nirvana. Nous devons endurer des épreuves et lutter dans la forêt du samsara afin d’atteindre l’illumination dans le nirvana. Ce n’est qu’en suivant les enseignements du Bouddha que nous pouvons déterminer si ces souffrances sont réellement apaisantes ou non.
  • Les membres de la Sangha sont des disciples du Bouddha de cet âge, et nous devons leur faire confiance et les respecter..
  • Tous les êtres vivants sont égaux dans leur potentiel, car tous apprécient l’essence de la bodhiness qui réside dans leur cœur.
Retour en haut