Comment favoriser le transfert des apprentissages

Comment favoriser le transfert des apprentissages ?

Le transfert des compétences, des connaissances et des savoir-faire est une préoccupation majeure des entreprises. Départs de seniors, formation de salariés temporaires, tutorat de jeunes en apprentissage ou en alternance – nouvelles recrues, nouvelles technologies ne sont que quelques exemples.

Le transfert de connaissances est un problème majeur. Des compétences stratégiques peuvent être perdues lorsque des employés quittent l’entreprise ou partent soudainement à la retraite. Par conséquent, il est essentiel de veiller à ce que le personnel soit formé de manière adéquate afin que l’entreprise soit performante et pérenne. Il appartient donc à l’entreprise de mettre en œuvre et de maintenir cette politique.

Qu’est-ce que le transfert de connaissances ?

Depuis plusieurs années, le transfert de compétences entre employés est l’un des défis les plus importants pour les petites et grandes entreprises. Il découle de l’enseignement mutuel de notre méthode actuelle (enseignement simultané) du 19ème siècle, qui a été dépassée.

Dans cette approche séculaire d’apprentissage coopératif, les étudiants les plus expérimentés enseignent aux autres. L’enseignement par les pairs est à nouveau à la mode aujourd’hui, et il est imité dans le cadre du partage des connaissances du personnel.

C’est parce que le partage des connaissances présente de nombreux avantages que les entreprises le privilégient aujourd’hui. Il permet de transmettre le savoir-faire des employés qui partent et des nouveaux arrivants qui rejoignent l’entreprise.

Produire une mémoire partagée qui peut être utilisée pour se rappeler ce qui a déjà été fait, tenté ou même manqué. En outre, cette technique nécessite l’implication du personnel de l’entreprise, ce qui réduit les frais généraux et permet de partager des « connaissances sur mesure », contrairement aux suggestions d’un formateur externe : contrairement à ce que conseillerait un instructeur externe, les informations communiquées sont basées sur la structure et le secteur de performance de l’organisation.

Créer un espace-temps pour partager des apprentissages

La création d’un espace-temps dédié est l’une des méthodes les plus efficaces pour développer des relations de confiance et permettre ainsi la croissance des capacités.

La transmission des connaissances peut être facilitée par la formation de groupes de discussion dédiés au partage d’informations. Ces conversations, qui sont ensuite encadrées et organisées, permettent de se sentir comme un collègue tout en gardant le contrôle : par exemple, on peut s’asseoir en cercle et établir son temps de parole ; déterminer le sujet ou limiter le nombre de personnes qui participeront à un petit groupe ; etc.

L’outil des « pages jaunes » est une méthode fantastique pour créer de l’engagement et n’a aucune restriction géographique : chaque employé est lié à un programme qui affiche ses compétences et ses domaines d’activité. Ainsi, un employé peut demander à un autre ses connaissances spécialisées, débattre de ses idées ou partager ses expériences.

Lire aussi :  Pourquoi la transformation digitale est essentielle ?

Choisissez un bon outil technologique durant le partage

Sur le plan technologique, de nombreuses entreprises s’intéressent de plus en plus à cette idée d’apprentissage partagé et fournissent des outils pour l’encourager. Les employés peuvent utiliser des plateformes collaboratives telles que SpeachMe, le Wiki, Ardans ou Oui Are Makers pour publier des vidéos, des textes, des graphiques, où ils peuvent partager leur expertise/analyse sur un sujet/une technique.

Ces outils, contrairement au stockage traditionnel des données, permettent de capitaliser les connaissances et sont alimentés par des informations évolutives qui sont disponibles pour tous les titulaires de droits d’auteur. Ils rendent l’information ou les données plus facilement disponibles pour le personnel qui peut ainsi gagner du temps à les rechercher.

Adoptez le knowledge manager

Vous pouvez également vous faire aider par un spécialiste : le knowledge manager. Il/elle active le partage des connaissances sur la base d’un plan qu’il/elle élabore et fait valider par la direction, issu d’écoles de commerce, d’ingénieurs ou d’institutions de gestion des connaissances.

Il met en place des outils de collaboration afin de créer les meilleures conditions de diffusion et d’utilisation du capital intellectuel de l’entreprise, d’identifier les connaissances et de favoriser l’esprit de partage au sein des équipes. Il fait le lien entre les différents services et organisations d’une grande entreprise, en jouant le rôle d’intermédiaire.

A lire aussi : ce que vous devez connaitre sur une société

Bon à savoir

Une compréhension globale des nombreux secteurs de l’entreprise est nécessaire, ainsi qu’une discipline, des compétences en communication et des méthodes pédagogiques. Le partage des connaissances doit aller de pair avec une appréhension à 360 degrés des nombreuses opérations de l’entreprise. L’échange de connaissances est une méthode efficace pour vous et pour l’ensemble de l’organisation lorsqu’il est géré et dirigé efficacement. C’est un moteur de performance grâce à la consolidation et au dépassement des connaissances variées de chacun.

Le partage des connaissances, lorsqu’il est effectué correctement, est une situation gagnant-gagnant pour vous et pour l’entreprise dans son ensemble. Il s’agit d’un moteur de performance en raison de la consolidation et du dépassement des diverses connaissances de chacun.

Retour en haut