Bière artisanale : comment la réaliser à la maison ?

Le retour du beau temps signale le début de la saison de la bière. Fatigué de voir les mêmes vieilles canettes au supermarché, mais intrigué par ce monde mystérieux ? Fabriquer sa propre bière artisanale est très amusant et relativement facile à faire. Réunissez vos copains et amusez-vous en apprenant à brasser comme de vrais brasseurs amateurs !

Ce qu’il faut connaitre sur la réalisation de la bière artisanale

Les ingrédients nécessaires

Revenons au début. Les quatre composants de la bière artisanale sont le malt (grain germé d’orge, de blé ou de seigle), le houblon (plante grimpante dont le cône sert à donner de l’amertume et de la saveur à la bière), la levure (champignon unicellulaire qui provoque la fermentation de matières animales ou végétales) et l’eau.

Le matériel indispensable

Le brasseur doit être bien équipé pour un brassage réussi ! Il faut 3 cuves ou grandes casseroles, une pour l’empâtage et le brassage, une pour chauffer l’eau de lavage (résidu du brassage des céréales), et une pour porter la boisson à ébullition. Il vous faudra également une grande passoire (ou couscoussier), un brûleur puissant, un moulin à céréales, une spatule et un récipient final pour la fermentation.

On va commencer par nettoyer tout ce qui est en vue. Le matériel doit être nettoyé, et l’aluminium est à éviter car il peut faire réagir la boisson avec. Enfin, pensez aux cuves en acier inoxydable, plus faciles à nettoyer et qui donnent un goût plus équilibré à la bière !

Les kits de brassage

Il existe des kits de brassage prêts à l’emploi pour votre premier brassage, et ils comprennent tout ce dont vous aurez besoin pour la production, y compris de nombreux types de recettes et de procédés de brassage.

Le choix de la recette

Comme nous aimons à le souligner, la bière offre un choix de goûts beaucoup plus large que le vin. Il est possible d’élargir votre originalité et d’ajouter des composants inattendus à votre recette au-delà des habituelles bières blondes, blanches, brunes ou ambrées !

A lire aussi : le fou : que veut dire cette carte de tarot ?

Les différentes étapes de la fabrication de la bière

Il est temps de passer aux choses sérieuses et de commencer à produire votre propre bière artisanale après avoir rassemblé tous les matériaux, installé tous les équipements, créé une recette pour la bière et posé les bases.

Selon l’IFBM, et dans le jargon technique, « la bière est une boisson fermentée produite à partir d’un moût de bière, qui est un liquide sucré obtenu par le brassage de la farine de malt (ou de l’orge germée) dans l’eau à une température spécifique ». De quoi s’agit-il exactement ? Quelles sont les différentes étapes de la production ?

Le concassage

Sélectionnez votre base de malt, puis écrasez-le dans un moulin à grains, qui fait office de concasseur. L’enveloppe est jetée mais l’amande reste.

J’aimerais essayer d’expliquer comment fonctionne le brassage de la bière blonde, pourquoi il est important, et quelles sont les différentes phases de ce procédé. L’obtention de l’orge maltée est la première étape du processus. Autrement, les grains d’orge doivent être trempés et germés. Le processus se terminera à la température de touraillage (soufflage d’air chaud). La couleur du malt est conditionnée par la température de touraillage (soufflage d’air chaud). Les bières brunes utilisent du malt ambré, les lagers du malt léger et les porters du malt caramel !

Le brassage ainsi l’empâtage

Préparez la moitié de la quantité d’eau froide nécessaire au brassage de la bière que vous souhaitez, portez-la à 70°C sur votre brûleur, et ajoutez votre malt. A l’aide d’une spatule, mélangez jusqu’à obtenir une texture de « porridge« . Il ne faut pas que le mélange soit trop épais, quitte à ajouter de l’eau au fur et à mesure ! Surveillez la température et attendez qu’elle atteigne entre 60 et 65°C.

Lire aussi :  Ce qu'il y a à savoir avant l'inscription sur un site en ligne

Si vous utilisez un thermomètre, utilisez-le pour vérifier la température à ce niveau. Laissez votre mélange cuire pendant une heure à une température similaire sans en perdre une miette ! Une fois l’heure écoulée, augmentez la puissance du brûleur à 77°C afin de vous assurer que le mélange ne brûle pas. L’objectif est de transformer l’amidon du malt en sucre.

Le moult

Simultanément, portez une casserole d’eau à 77°C. La quantité d’eau contenue dans la « cuve de clarification » doit être équivalente à la quantité de bière attendue. Placez la couscousière sur une casserole et ajoutez le mélange d’eau et de malt de la  » cuve de clarification « , ce qui créera le moût. Versez de l’eau chaude à 77°C sur le mélange pour extraire le sucre du malt.

Le moût doit maintenant être porté à ébullition jusqu’à ce qu’une couche de mousse apparaisse. Il est essentiel de baisser le feu tout en remuant fréquemment dès qu’elle apparaît, sinon le sucre sera gaspillé et la bière deviendra âpre !

1/3 du houblon doit être ajouté en une seule fois dès que le feu est réduit et que la mousse disparaît. Après 30 minutes, ajoutez encore 1/3 du houblon, puis recommencez après 15 minutes. Le calcul est simple : vous avez utilisé tout votre houblon ! Lorsque vous ajoutez le dernier tiers de houblon, 15 minutes plus tard, la procédure s’achève ; il vous reste 60 minutes à regarder !

Le refroidissement de votre bière

L’objectif est de faire passer le moût de 100°C à 20°C aussi rapidement que possible.

La technique la plus courante consiste à utiliser un circuit d’eau froide, ce qui implique des tuyaux. Une méthode utilisant des serpentins peut également être utilisée. Placer le pot dans un réservoir de glace est une autre option.

La fermentation

La première étape de la création des goûts classiques de la bière est la fermentation. En un mot, c’est l’action des cellules de levure qui transforment le sucre du malt en alcool et en CO2.

Incorporez la levure et mélangez vigoureusement le tout afin de favoriser le développement des organismes nécessaires à la fermentation.

Il est désormais nécessaire d’évacuer le CO2 à l’aide d’un système d’évacuation du dioxyde de carbone. Ne vous inquiétez pas, dans le passé, un tube était inclus dans le kit type. Le gaz s’échappe par le système de stérilisation, qui est installé à l’autre extrémité du tube.

La fermentation se déclenche dès que la première bulle retentit. Par conséquent, il faut attendre 3 jours avant de retirer le tube d’évacuation du CO2 et de le remplacer par le barboteur. Il faut placer le brassin dans un endroit sombre et le laisser reposer pendant 2 semaines, comme indiqué sur les instructions (généralement

Enfin, mettre dans la bouteille

La règle est évidente : prendre des bouteilles, les nettoyer et les faire sécher la tête en bas. Nettoyer un pot requiert la même technique !

Pour carbonater la bière, combinez 3 cuillères à soupe de miel avec 12 cl d’eau et ajoutez le tout au brassin. Enfin, il est temps de siphonner la bière (les kits incluent des tubes à cet effet) dans des bouteilles. Il est suggéré de couvrir hermétiquement les tubes et de les conserver dans un endroit sombre pendant deux semaines.

Gardez l’esprit ouvert et prenez des notes sur ce que vous goûtez. Vous aurez à goûter davantage d’ingrédients, allant des extraits de malt aux ajouts de fruits et tout ce qui se trouve entre les deux !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *